Une séance rythmée à coups de klaxons et de motions d’ordre qui a tout de même permis de débattre sur les horaires d’ouverture des commerces et le besoin d’une CCT. L’accueil de jour, la pétition pour les piétons, le stationnement se sont également invités encore une fois dans les discussions. Quant au budget, le président à l’ambition de la traiter en une séance, le 12 décembre.

Une séance en présence d’un public tout particulier et très bienvenu : le Collectif Grève des Femmes* / Grève Féministe de la Riviera, avec qui notre groupe a déposé un postulat. Il a aussi été question de panneaux solaires, de chauffage à distance, de végétalisation des toitures, de congé paternité… un tournant féministe et écologiste confirmé?

Réintégration de deux membres de la municipalité après une suspension désavouée; arrêté sur le taux d’imposition communal; sécurité des piétons; cadeaux à la Fête des vignerons; une seule entité de transports publics… une séance qui n’a pas manqué d’enjeux et pourtant les résultats furent décevants.

La rentrée du Conseil communal a été marquée par des discussions sur les chiffres: nombre de place de parc, places d’accueil de jour, 7 ou 9 conseillers municipaux, les km/h et les comptes de la Fête des vignerons.

Grâce à la recherche de consensus de notre groupe avec le Parti socialiste, Les Verts et Vevey Libre, le budget à été accepté en 2e débat avec trois postes supplémentaires, dont un à la bibliothèque. Nous avions deux interpellations, l’une sur la Fête des Vignerons qui a été traitée, avec des réponses brouillardeuses, et l’autre sur la Municipalité qui a été remise à la prochaine séance.

Une séance marquée par des débats sur l’espace public, avec une large majorité favorable au préavis municipal à l’encontre de l’initiative pour un parking souterrain à la place du Marché, l’acceptation du plan directeur du stationnement, le renvoi à la Municipalité du postulat pour les parklets et une très courte minorité pour le renvoi à la Municipalité du projet de réglement sur les procédés de réclame. L’interpellation en début de séance a provoqué les derniers rebondissements sur l’affaire Girardin.

Une séance extraordinairement médiatisée sur les sujets d’actualité relatifs à une demande de suspension de deux municipaux et à la suspension de la rémunération du municipal Lionel Girardin. La séance a aussi compté sur la présence de citoyen.ne.s fatigué.e.s par la situation politique actuelle.

La proposition de suspendre le salaire de Lionel Girardin était le sujet chaud de cette séance. Le débat n’a malheureusement pas abouti à une décision de fond. L’urgence de l’objet, qui aurait permis de débattre sur la question et de voter dessus, a été refusée. L’échéance pour le faire a ainsi été repoussée au conseil d’octobre au plus tôt. Le groupe a également déposé un postulat sur l’utilisation de l’espace public et une interpellation concernant la gestion des VMCV.

Cette dernière séance avant la pause estivale a été bien nourrie de débats. La suspension du salaire du conseiller municipal suspendu Lionel Girardin et le rapport de la Commission de gestion pour l’exercice 2017, particulièrement complexe, étaient, entre autres, à l’ordre du jour.

Au programme de la séance du 14 juin 2018 : communication de la Municipalité sur la suspension de Lionel Girardin et diverses prises de position, notamment sur le préavis de la Route cantonale RC 780. Voici un bref compte-rendu.