L’ordre du jour de la séance du Conseil communal du jeudi 11 mars 2024 était copieux et historique. Le plat de résistance était le vote sur trois Plans d’affectation, les trois premiers depuis le Plan partiel d’affectation «Cour aux marchandises» mis à l’enquête en 2012, approuvé par le Conseil communal en 2015 et refusé par le peuple suite à un referendum le 12 février 2017.

Les questions d’urbanisme, de politique foncière et de logement ont toujours été centrales dans l’engagement du mouvement décroissance alternatives, que ce soit lors de la participation aux référendums Rivage, Savoie et Cour aux marchandises, que lors des élections communales de 2016 et 2021. Le vote récent du plan directeur communal et le vote de différents PA ce 14 mars marquent une étape historique pour la commune de Vevey et dans l’engagement du mouvement da.

Dans le rapport de gestion de 2021, 258 enfants veveysans étaient sur une liste d’attente, contre 230 en 2022. Le nombre de places disponibles n’a pas été augmenté. Ainsi, le temps d’attente pour une place en crèche est toujours d’un an et demi et ne permet pas d’absorber les demandes actuelles des familles. Cette situation est incompatible avec la réalité des familles veveysannes : un seul revenu n’étant la plupart du temps pas suffisant pour faire vivre une famille, les deux parents se retrouvent dans l’obligation de travailler et se retrouvent démunis face au manque de places. A cela s’ajoute le fait qu’ils ne bénéficient pas forcément d’un réseau, familial notamment, permettant de trouver une solution provisoire en attendant de trouver une place en crèche. De plus, ce sont encore très souvent les femmes qui doivent renoncer à leur carrière et à leur indépendance financière pour garder les enfants, ce qui est incompatible avec une politique égalitaire.

Nous avons déposé une interpellation à ce sujet, en collaboration avec le PS et les Vert-e-s.

Ce budget n’est pas celui dont nous rêvons. Le budget de nos rêves permettrait de s’attaquer aux nombreux besoins qu’il faudrait couvrir, en matière d’accueil de la petite enfance, de lutte contre la précarité (un deuxième Hublot, une maison-refuge pour les femmes victimes de violence), en matière d’attention aux jeunes de notre ville, de lutte contre la perturbation climatique par des mesures plus énergiques… Et nous estimons que nos rêves sont prémonitoires…

Mais nous savons que les communes manquent de forces, de revenus et de locaux pour faire tout ce qui serait nécessaire. Ce qui caractérise donc à nos yeux le budget tel que présenté, c’est qu’il est juste, selon les besoins minimaux de la population de Vevey et des services de la Ville.

Dans la suite d’un cycle de discussions sur l’urbanisme commencé au début de cette année, décroissance alternatives (da.) a tenu une matinée de réflexion ce 25 novembre 2023. Une position représentative du groupe concernant le Plan directeur communal (PDCom) y a notamment été définie.

Décroissance alternatives soutiendra le PDCom présenté par la municipalité. Le texte nécessite certes encore d’actualiser certaines informations, mais notre mouvement retrouve les objectifs de son programme dans les principes et mesures qui seront soumises au vote. 

Il est toujours réjouissant de voir arriver sur la scène culturelle veveysanne une nouvelle  manifestation qui vient s’ajouter à l’offre culturelle déjà présente. En effet, en 2022, M. Von  Stockalper, président du club de foot « Vevey Sports », annonce qu’il a l’intention de créer un  festival de musique afin de soutenir le club de la ville et de remercier les personnes qui s’y  engagent tout en offrant une nouvelle activité culturelle à la population.  

Après deux éditions, la première qui s’est tenue au Jardin du Rivage et la seconde sur la place  du marché, de nombreuses questions se posent quant au futur de cette manifestation, les  intentions de son organisateur, son bilan jusqu’ici et le positionnement de la Municipalité à  l’égard du Festival. 

La lettre d’alerte envoyée par un conducteur des VMCV, l’entreprise locale de transports publics de la Riviera vaudoise, nous inquiète et nous indigne.

Dans une époque où les acquis sociaux sont de plus en plus attaqués, nous affichons notre soutien pour les travailleureuses qui se battent pour leurs conditions de travail et de vie.

Lors de la séance du conseil communal du 7 septembre 2023, Décroissance alternatives a tenu à exprimer sa profonde déception face au nouveau retard que subit le projet de réaménagement de la Place du Marché, une déception qui fait certainement écho à celle de l’ensemble de la population veveysanne.

Pour rappel le projet actuel ne tombe pas du ciel. Il est le fruit d’années de concertation, où chaque voix a été entendue, y compris celles des opposantes et opposants. Au fil de ce processus, il y a des compromis qui ont été trouvés, qui ont été élaborés, et puis qui ont été approuvés par la majorité du conseil, y compris sur le nombre de places de parking. Mais approuvés aussi, et surtout, par la population, qui attend depuis des décennies la revitalisation de ce lieu emblématique.

Lors de la séance du conseil communal du 7 septembre 2023, une large majorité du groupe Décroissance alternatives s’est prononcée en faveur de la demande de crédit pour l’achat d’un terrain à la rue de Fribourg. 

Une des oppositions qui bloque le projet de renouveler la Place du Marché de Vevey a été déposée au nom
de la reconstitution d’un mail historique, et de promesses en ce sens qui ont été faites il y a fort longtemps
par la municipalité. Qu’en est-il réellement ? Quel est la réalité de ces promesses ?

Notre mouvement, qui évoluait jusque-là dans le militantisme et les délibérations du Conseil communal,  a accédé aux responsabilités institutionnelles et à la gestion d’une partie importante de la commune, avec en prime la syndicature, poste stratégique offrant un regard sur les différents services de la ville. Point de situation deux ans après le début de la législature 2021-2026.