Vendredi 16 novembre la version en ligne de 24 heures nous annonçait : «Inauguré en grande pompe derrière la gare de Vevey en 2016, l’année des 150 ans de Nestlé, le musée Nest change déjà de vocation. Le centre d’exposition ludique et interactif à 50 millions sera réaffecté en 2019, au terme de la Fête des Vignerons, pour devenir le siège mondial de Nespresso à l’horizon 2021». Le communiqué de la Commune de Vevey annonçait l’arrivée de Nespresso, s’en félicitait, mais ne soufflait mot de la fermeture du Nest. Réflexions vagabondes sur la gouvernance des multinationales et l’impuissance consentie des pouvoirs publics.

La Commission de gestion de la Commune de Vevey a été confrontée à de multiples pressions qui visaient, à entraver son travail. Dans la mesure où la préfecture et le Service cantonal des communes et du logement y sont impliqués, il ne s’agit pas d’une affaire locale.
Nous voulons donc alerter sur la mise en danger du – relatif – contrôle démocratique et citoyen sur le travail des exécutifs opéré par les commissions de gestion de ce canton. Ces entraves prennent diverses formes, dont le dossier que nous avons constitué contient un catalogue varié, que nous tentons de présenter objectivement en ayant convoqué la presse ce 30 août 2018.

Ensemble gauche a déposé deux motions au Grand Conseil vaudois le 15 mai 2018 sur la thématique de la fiscalité.