Cinquante ans après avoir obtenu le droit de vote et d’éligibilité au niveau fédéral, les femmes restent sous-représentées dans les différents échelons politiques en Suisse. La vague violette des élections fédérales de 2019, puis celle des récentes élections communales vaudoises ont certes fait augmenter la proportion des femmes dans les législatifs, mais les exécutifs, surtout dans les petites communes, restent bien souvent une affaire d’hommes.

Nouvelle année mais les séances de Conseil se ressemblent : Vevey Libre dépose une interpellation interpartis pour encore une fois s’en prendre au cabinet des estampes et musée Jenisch. Après avoir prétendu pouvoir faire des économies astronomiques lors du vote sur le budget, et toujours sans réponse à leur motion transformée en postulat sur le même objet, ils arrivent maintenant avec tout un argumentaire irréaliste pour finalement… poser une question sur les conventions entre Vevey et d’autres instances et suggérer une répartition des frais avec le canton qui pourrait épargner 200’000 francs. De grandes gesticulations pour pas grand-chose.

La campagne électorale pour les communales 2021 est lancée. Notre mouvement décroissance alternatives (da.) a déposé une liste de trente-neuf candidatures au Conseil communal et de trois à la municipalité. Notre programme formule des propositions pour faire face aux urgences climatiques et sociales, ainsi qu’à l’inclusion, l’égalité et le bien vivre à Vevey.

Le mouvement décroissance alternatives présente une liste forte de trente-neuf personnes, avec une grande diversité de genres, d’âges, d’expériences, de professions et d’implications dans la vie associative veveysanne.

Notre programme ambitieux, mais réaliste. Pour les concrétiser, nous comptons sur la participation de la population et une collaboration accrue entre les dicastères de la municipalité pour une meilleure efficacité. Sans mettre de côté la question que tout le monde se pose, celle des finances.

Dans une société saine et résiliente chaque personne a une place à part entière et peut participer à la vie collective sans craindre d’être discriminée. Nous voulons prendre des mesures en faveur de l’égalité des genres; élaborer et mener une politique concernant les ainé·es et les jeunes; limiter les situations de handicap; travailler à l’aménagement urbain; soutenir la culture; et prendre en compte les sentiments d’insécurité.

Les grandes inégalités dans notre société ont été mises en évidence et multipliées par la crise sanitaire. De nombreuses personnes qui surnageaient jusqu’alors avec des revenus très modestes et intermittents en ont soudainement été privées, et leur précarité est sortie de l’ombre. De son côté, la majorité des personnes salariées est toujours confrontée aux mêmes difficultés, comme celle de trouver un logement à un prix abordable. Nous voulons une meilleure information sur les prestations sociales, et leur automaticité quand c’est possible; mener une politique active du logement appuyée sur une politique foncière; défendre le commerce de proximité.

La Municipalité de Vevey a déclaré l’urgence climatique, suivie par le Conseil communal, les engageant à traiter dorénavant de manière prioritaire tous les objets directement liés à la lutte contre le réchauffement climatique. Nous voulons réduire la consommation d’énergie par le chauffage, la circulation et l’éclairage; végétaliser de la ville et protéger la biodiversité.

Depuis des décennies, les partis majoritaires proposent des changements avant tout cosmétiques, et surtout, défendent l’idée que la croissance économique est une fin en soi. Pourtant, il n’y a pas de croissance infinie dans un monde fini. C’est pourquoi nous optons pour la décroissance, seule susceptible de sauver notre ville et la planète. Loin de signifier privation et récession, la décroissance mise sur le lien, le partage, la redéfinition des besoins essentiels et la délibération politique. Elle recentre sur ce qui compte vraiment et libère du reste.