Entrées par Décroissance-Alternatives

, ,

L’expérience nécessaire

Notre candidat, Yvan Luccarini, est conseiller communal depuis 2016 et député au Grand Conseil depuis 2017 où il siège au sein de plusieurs commissions permanentes. A la Commission de gestion où il a acquis une fine connaissance du fonctionnement d’une administration, ainsi qu’à de la Commission des institutions et des droits politiques (CIDROPOL) où il a pu parfaire ses compétences en matière de fonctionnement des institutions.

, ,

La décroissance aux finances?

Sans pour autant avoir des dons divinatoires, il est raisonnable d’imaginer que le nouveau municipal élu le 21 juin prochain reprendra les mêmes dicastères que le municipal PLR démissionnaire. En effet, à seulement 11 mois des élections générales et du passage à sept membres de l’exécutif, rebrasser toutes les responsabilités n’apparaît pas comme une nécessité, tant pour les services que pour la municipalité. C’est pourquoi nous aimerions revenir sur quelques idées reçues en matière de finances publiques, qu’elles échoient à Yvan Luccarini ou pas.

, ,

Du flou et du flan

Sur son tract électoral, le candidat de l’Entente (PLR, UDC, PDC et Verts’libéraux) promet de tordre le cou aux fake-news (sous-entendu celles de ses adversaires). L’entreprise est noble, mais peut-être ferait-il bien de se pencher en premier lieu sur les petits arrangements avec la réalité contenus dans son programme ? Voici un petit florilège.

, , ,

Vevey, notre bien commun

Le scrutin du 21 juin est une élection complémentaire en remplacement d’une démission ; la personne élue sera en poste d’août 2020 à juillet 2021. Les engagements que nous prenons ci-dessous tiennent compte de la courte durée de ce mandat, de sorte qu’ils puissent se concrétiser rapidement, si une majorité à la municipalité les approuve.

, , ,

Pas d’avenir sans décroissance

Les bouleversements climatiques et écologiques liés à l’activité humaine ne sont pas de vagues hypothèses, mais des faits clairement identifiés et reconnus par l’immense majorité des scientifiques. Pourtant, les dirigeant·es se gardent bien de toucher sérieusement aux intérêts et bénéfices des véritables responsables, préférant faire payer la crise à la population sous forme de taxes, restrictions et renchérissement. Dans ce contexte, il est urgent de tracer d’autres voies politiques et économiques ; de bâtir une société plus soutenable, plus juste et solidaire afin de garantir un avenir aux générations présentes et futures.