Mon parcours de vie et mes qualifications

Pour nous (pour moi, pour da.), la politique, particulièrement lors d’élections, devrait être la présentation de visions différentes du bien commun et des mesures pour y contribuer, donnant ainsi aux citoyen·nes les moyens de choisir en toute connaissance de cause. C’est ce que nous avons fait, en insistant sur des propositions concrètes et applicables durant la courte période qui reste dans cette législature.

Malheureusement, cela ne semble pas intéresser certains de nos adversaires, qui plutôt que présenter leurs propres propositions d’action municipale, préfèrent discutailler sur le lieu d’impression de nos documents… De plus nous revient l’écho de rumeurs répandues sur les moyens d’existence de notre candidat, censés le disqualifier. De la part de l’Entente, ce n’est ni une surprise ni une nouveauté: lors de la précédente élection partielle en 2015 déjà, elle avait publié une annonce dans la presse qui appelait à «faire élire le candidat PLR, soutenu par l’Entente veveysanne, Patrick Bertschy PLR, […] le seul candidat à exercer un métier qui lui assure son pain quotidien». L’échec subi n’a visiblement pas dissuadé l’Entente de recommencer, même si c’est de façon plus sournoise.

Face à ces insinuations calomnieuses, Yvan Luccarini vous révèle tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur lui sans oser le demander…

Au-delà de mes propositions et des rumeurs malveillantes, voulez-vous savoir qui je suis?

A la fin de mes études en informatique dans une école d’ingénieur à Genève, j’ai commencé à me passionner pour la pratique du billard. Très vite, je suis devenu indépendant et me suis lancé, avec un associé, dans la gestion d’une salle de billard commerciale. Après 6 ans d’exploitation, j’ai vendu mes parts à mon associé de l’époque et j’ai emménagé à Vevey.

S’en sont suivis 10 ans comme indépendant dans le domaine de l’impression numérique en partageant un atelier à Vevey avec une relieuse artisanale et un éditeur. En 2009, juste après la naissance de ma première fille, c’est la révélation écologique et la découverte des idées de la décroissance. Je décide alors de consacrer progressivement mon énergie et mes compétences à d’autres activités faisant plus de sens à mes yeux pour la société dans son ensemble.

En 2011, je me lance seul dans les élections à la Municipalité de Vevey. Mon score est honorable et des liens se tissent avec les militant·es du mouvement Alternatives. Je décide alors de poursuivre mon engagement politique tout en travaillant à 30% dans un commerce de vente de produits frais et locaux. Je m’engage également dans plusieurs associations veveysannes et participe ainsi à l’organisation d’un festival, à la gestion d’une cantine scolaire, à l’organisation d’événements gratuits (marchés, projections, discussions) et à la création d’un journal romand d’écologie politique.

Élu au Conseil communal de Vevey en 2016, puis comme député au Grand Conseil vaudois en 2017, la politique institutionnelle m’occupe aujourd’hui l’équivalent d’un 40%. Avec mon poste de metteur en pages à 25%, mon engagement associatif et la vie de famille, je ne manque donc pas de travail et mes journées sont bien occupées, contrairement aux rumeurs que certain·es diffusent. Je devrai d’ailleurs reconsidérer quelques-uns de mes engagements si je suis élu à la municipalité.