Demande de suspension du conseiller municipal Lionel Girardin

Une proposition sera faite ce jeudi 17 mai que le Conseil communal demande au Conseil d’Etat de suspendre le municipal Lionel Girardin en application de l’article 139b.

Lors de sa séance du 14 mai 2018, le mouvement Décroissance-Alternative a décidé de voter en faveur de cette proposition.

Pour nous, il ne s’agit pas de juger le municipal coupable avant que tous les faits aient pu être établis, ni de substituer le Conseil communal aux autorités de surveillance des communes ou à la justice.

La suspension se justifie pour deux types de motifs:

  • Motif politique :

Il est important que le Conseil communal manifeste son souci de la dignité des institutions et montre qu’il est capable de s’élever au-dessus de la crise que connaît la municipalité.

  • Motif Institutionnel :

L’article 139b prévoit à son alinéa 1 «qu’en présence de motifs graves, sur requête de la majorité des deux tiers du Conseil […] communal, le Conseil d’Etat peut suspendre un ou plusieurs membres de la municipalité […]».

L’alinea 2 définit ces justes motifs comme «toutes les circonstances qui, selon les règles de la bonne foi, ne permettent pas la continuation du mandat pour lequel le ou les membres de la municipalité […] ont été élus ou sont de nature à compromettre la confiance ou l’autorité qu’impliquent leurs fonctions».

Il n’y a pas à chercher plus loin : en l’état, Lionel Girardin ne jouit pas de la confiance et de l’autorité qui lui permettraient d’exercer son mandat. Sa suspension par le Conseil d’Etat est une nécessité si l’on espère améliorer le fonctionnement de notre commune.

Pour le groupe Décroissance-Alternatives
A. Gonthier